Sarkozy, Woerth et la succession Wildenstein

Le 23 octobre 2001, à l’âge de 84 ans, mourait Daniel Wildenstein, le plus grand marchand d’art français, un des plus importants dans le monde de l’art mondial.

Ses deux fils, Guy et Alec, avaient déclaré à la dernière épouse de leur père, Sylvia Wildenstein, que la fortune restante s’élevait à 4 millions d’euros. Cela semblait peu pour l’un des plus grands marchands d’art de la planète, mais celle-ci abandonna alors sa part de succession -abandon cassé depuis par une décision de justice, pour  réintégrer Mme Wildenstein dans la succession.

Hors il se trouve que Guy Wildenstein, proche de Nicolas Sarkozy et comptant parmis les fondateurs de l’UMP, était également membre du très privé «Premier Cercle», constitué des donateurs fortunés de l’UMP, qui versent de 3.000 à 7.500 euros par an au parti. Ce cercle fermé est présidé par Eric Woerth, également trésorier de l’UMP à l’époque des faits.

Passons sur les péripéties judiciaires, qui nous rappellent de près les déchirements de l’affaire Bettencourt : aujourd’hui, il s’avère que l’héritage du marchand d’art s’élève en réalité à 4 milliards d’euros, principalement cachés dans des trusts situés à Guernesey, aux îles Caïman et aux Bahamas : David Trust, DeltaTrust et Sons Trust, parfaitement dissimulés au fisc, et non-déclarés dans la succession des deux héritiers.

L’avocate de la veuve avait adressé deux courriers en 2009 à Éric Woerth, alors ministre du Budget, dans lesquelles elle évoquait ces trusts douteux. Parfaitement informée de l’existence de ces sociétés-écrans, la justice ayant constaté l’évasion du patrimoine dans plusieurs sociétés étrangères dont ces trusts, l’administration fiscale est néanmoins restée totalement inactive, sourde, muette …

L’avocate de Sylvia Wildenstein, Claude Dumont-Beghin, a déposé ce 8 septembre une plainte contre X au pénal pour « abus de confiance et recel », « blanchiment et recel », « organisation frauduleuse d’insolvabilité et recel de faux ».

Y-a-t-il eu pêché par omission volontaire en n’agissant pas sur ces dossiers fiscaux malgrès des montages et des détournements clairement avérés ? Assiste-t-on à la mise au jour de la protection illégale d’un VIP du Premier Cercle, ami et généreux donateur par le biais de sa tumultueuse succession ?

Sources :
Médiapart
Le Nouvel Observateur
Libération
France 2 Info
Le JDD
Le Post

Les commentaires sont fermés.