Abstention et progression du FN ?

C’est un refrain entendu dans la plupart des grands médias les grands (et petits) soirs d’élection, dès l’heure où la communication des résultats est autorisée. Comme d’abord il faut spectaculariser la mise en scène « démocratique », on nous présente illico le perdant et le gagnant du scrutin, généralement les partis majoritaires (PS et UMP, ou l’inverse). Mais au-delà, il faut aussi meubler pour masquer cette platitude bipolarisée avec une dose grandissante de sensationnalisme : alors voilà du sang et des larmes, du scandale et de l’effroi, du pur système présenté comme « anti », oui, oui, le FN monte encore et toujours, mesdames et messieurs – à l’image de sa surreprésentation audiovisuelle depuis 30 ans, faut-il le rappeler. Seulement voilà, il ne faut pas trop culpabiliser les « braves » gens qui votent en ce sens, sous peine de quoi la rhétorique de notre régime « représentatif » (très) indirect perdrait toute saveur. Alors qui blâmer ? Qui avons-nous sous la main depuis la mi-journée ? Tandis que les chiffres de la participation tombaient tel un avertissement d’obligation citoyenne ? Vous les tenez : les satanés abstentionnistes ! L’idée suivante, pourtant tordue, est reçue dans l’instant par les esprits échaudés : c’est la faute des non-votants (sous-entendu : qui ne voteraient pas FN s’ils votaient, bien sûr, sinon ça ne marche plus !) leur faute donc si le résultat du vote n’est pas celui qu’on suppose qu’il serait – s’ils votaient, hein, voyez. Vous suivez toujours ? Bon. Alors, partons un instant du principe que cela est rigoureusement exact même sous réserve qu’un hypothétique parrallélisme des courbes puisse être trompeur, et analysons 4 types de scrutins au premier tour sur les 20 dernières années – en comparant le taux d’abstention à ceux des principaux partis (en pourcentage du total des inscrits à la date donnée) … et nous verrons si l’argument tient debout ou s’il appelle à une réflexion plus poussée.

Le « roi » des scrutins ?

Tel que nous l’avions fait dans un précédent article, commençons par l’élection la plus courue, celle où le FN lance son atout majeur, celui du nationalisme chauvin, du pays dans un monde hostile, de la France « glorieuse » : les présidentielles où le taux d’abstention est en moyenne d’à peine 20%. Le graphe suivant donne l’évolution des résultats de 95 à 2012 sur une échelle allant de 0 à 30% du total des inscrits :

On y voit assez nettement l’explosion de l’abstention (vert) en 2002 à 28% et un FN (brun) qui, pourtant stable par rapport à 1995, dépasse d’une courte tête un PS (rose) en chute libre (notamment vu les candidatures multiples à gauche) tandis que le bloc UMP (bleu) se maintenait vers 14% – d’où le tristement célèbre second tour Chirac / Le Pen suite à ce 21 avril.
Une seconde chose frappe : l’abstention baisse nettement en 2007, presque divisée par 2 pour tomber à 16%, ce qui profite certes aux 2 partis majoritaires qui doublent quasiment leurs scores, mais dans le même temps le FN ne perd que 3% (de 11% à 8%).
Puis l’abstention remonte légèrement en 2012, l’UMP chute (probablement vu le bilan du mandat Sarkosy), alors que le PS se maintient et que le FN dépasse de peu ses scores habituels à ce scrutin avec 14% ou presque.
L’abstention peut-elle à elle seule expliquer ces fluctuations du FN, gageant que leurs courbes respectives semblent reliées sur la période 2002-2012 ? En l’absence d’autre considération, on pourrait le conclure, mais une autre donnée doit venir en renfort : celle de l’évolution du nombre, en valeur absolue, de voix frontistes (jaune, échelle allant de 0 à 7 millions) sur ces scrutins. Et l’on voit dès lors que le FN progresse en pourcentage du total tout bonnement parce qu’il progresse aussi et surtout en nombre de bulletins de vote dans son escarcelle : il passe de 4 millions en moyenne à quasiment 6,5 millions en 2012 !
Double conclusion provisoire : le taux de vote FN n’a a piori évolué que très partiellement par rapport à celui de l’abstention, en revanche il a progressé très nettement (+50% !) en nombre de vote favorable au premier tour.

Jouer la « proximité » paie-t-il ?

Le couplet classique du FN est de frôler la corde populaire du déclassement, des « sans-grades », de la misère ordinaire loin du parisianisme (ou du lyonnisme, ou autre grosse métropole-isme) et donc, de se rapprocher de l’électorat en région, en patelin. Cette petite musique fonctionne-t-elle une fois dans les urnes ? Et l’abstention vient-elle lui servir de caisse de résonance ? Regardons d’abord ce graphe des résultats des municipales entre 2001 et 2014 (les résultats nationaux pour 95 n’étant pas disponibles) sur une échelle allant de 0 à 45% du total des inscrits :

Qu’en tirer ? L’abstention (vert), bien que supérieure à celle des présidentielles, est très stable à 38% environ. En revanche, les 2 partis majoritaires (rose et bleu) perdent du terrain de concert entre 2008 et 2014, même si l’UMP se maintient en nombre de voix ; précisons pour l’expliquer que le nombre d’inscrits explose ici, notamment à cause des enjeux locaux particuliers et du vote des ressortissants de l’UE résidant en France. Pendant ce temps, le FN (brun) fait le chemin inverse en grimpant de 1% à 3% ; bien sûr, ses scores restent (encore) bas et attestent de ce que les électeurs ne souhaitent, sauf zone d’exception, pas vraiment être administrés par un ou une maire frontiste – et on ne peut que les comprendre vu les bilans miteux et les scandales à répétition des mairies FN.
Ensuite, voyons ce qu’il en est pour les cantonales et sa nouvelle mouture des départementales avec ce graphe courant de 2004 à 2015 sur une échelle allant de 0 à 60% du total des inscrits :

On voit une explosion littérale de l’abstention (vert) en 2011, passant d’environ 35% à 56% ; à côté, le PS (rose) et l’UMP (bleu) suivent une baisse également autour de 6% chacun. Le FN (brun), lui, semble doubler son score de 3% en 2008 à 6,5% en 2011 – mais on doit aussi constater qu’il reste sous son résultat de 7,5% en 2004.
Le dernier scrutin en date montre une baisse de l’abstention qui profite à la fois à l’UMP … et au FN qui fait ainsi son meilleur score local à 12% (!) ; on peut supposer ici sans risque que le bilan politique et moral du gouvernement Hollande y a une très large part de responsabilité, mais l’analyse démontre donc que le FN ne patît pas d’une participation en hausse (voire qu’il a lui aussi des réserves chez les abstentionnistes).
Notons tout de même que ces 3 élections sont de types différents et de fonctionnements complexes qui ne permettent pas de mesurer de façon comparable l’évolution en valeur absolue des bulletins.
Conclusion partielle à ce stade : le taux d’abstention ne semble pas ou peu lié à celui du FN en ce qui concerne les enjeux locaux, ou alors cette liaison serait exactement compensée et masquée par le vote des résidants de l’UE en France (ce qui semble secondaire et moins que probable).

Loin des yeux, loin du cœur ?

Dernière option pour tenter de trouver une corrélation probante entre abstention et FN, celle des européennes où la participation est très basse car les enjeux lointains, piste paradoxale puisque la rhétorique du FN (pourtant friand de mandats à ce niveau) est plus qu’hostile à l’institution internationale – dont les défauts et errements sont, il faut bien l’admettre, indéniables. Observons ce graphe allant de 99 à 2014 sur une échelle de 0 à 70% du total des inscrits :

Hors le plafond de l’abstention (vert) qui reste stable (entre 53% et 59%), ce qui saute aux yeux c’est que les tendances PS (rose) et UMP (bleu) suivent des évolutions opposées et qui s’annulent presque entre 2004 et 2009, sauf qu’en 2014 elles baissent ensemble … et c’est précisément là que le FN (brun), qui tournait précedemment entre 2% et 4%, caracole en tête à 10% alors même que l’abstention baisse de 2% par rapport à son maximum de 2009 ! Là encore, le FN semble profiter d’une participation en hausse, tout au contraire de notre hypothèse de départ.
Ceci est d’ailleurs corroboré par une autre information sur la même période, celle du nombre, en valeur absolue, de bulletins pour le FN (jaune, échelle allant de 0 à 3 millions) qui d’une moyenne de 1,5 millions double quasiment à 2,8 millions ! Là aussi, le FN progresse en pourcentage d’abord et principalement parce qu’il gagne en nombre de voix.
Conclusion partielle mais aussi définitive : le taux d’abstention n’est que trop partiellement relié à celui du FN qui, en revanche, progresse mathématiquement par nombre de voix et/ou par chute des partis majoritaires.

Alors, quelle(s) explication(s) ?

Pour comprendre cette progression, il faut aller chercher plus loin et surtout ailleurs que dans l’abstention.
Première piste, la géographie du vote FN qui se situe assez habituellement :
- dans les zones péri-urbaines, loin des services publics et sociaux voire de l’emploi
- dans les régions le plus en crise, c’est-à-dire surtout le nord et l’est (ex-minières)
- dans les bastions où l’immigration et le racisme sont très implantés, comme au sud-est
Mais cette piste séduisante ne doit pas cacher d’autres angles, subtils et sociologiques :
- les différentes structures familiales expliquent fort bien notre première piste puisque les familles ouvrières dites « nucléaires », plus égalitaires mais souffrant davantage de la crise post-désindustrialisation, sont une base importante de l’actuel vote FN ; cependant ce vote progresse surtout à l’ouest dans des familles tertiaires dites « complexes », plus morales (sinon catholiques) et éduquées vivant très mal la possibilité (voire la réalité) de leur déclassement
- une féminisation récente et importante de l’électorat FN qui n’est pas sans rapport avec le changement (symbolique) de direction (pourtant dynastique) et sa tendance bleu Marine, même si l’essentiel s’en trouve dans une communication trompeuse pour un fond proche voire identique à l’avant (même rejet de l’IVG, même notion de la place des femmes, stigmatisation juste reportée sur les maghrébines, etc)
- on retrouve ce dernier élément pour expliquer un vote de plus en plus jeune, ayant autant à voir avec une capacité à communiquer notamment sur le web du milieu réactionnaire, qu’à la dépolitisation d’une grande partie de la jeunesse qui la rend poreuse à la désinformation prétendument « antisystème » du FN et de ses nombreux satellites …
Enfin, dernière piste et non des moindres pour expliquer cette progression, les motifs politiques :
- une défiance envers le PS de par sa campagne trompeuse, sa politique décevante, son incapacité à entendre jusqu’à ses alliés (tel EELV) et même son propre camp (« frondeurs » et compagnie) pour complaire à un programme d’une couleur très MEDEF
- un état consternant de l’UMP, grévé par ses innombrables affaires (Woerth/Bettencourt, Lagarde/Tapie, Bygmalion/Copé, etc) qui sont celles d’une Sarkosie cynique et visiblement peu encline à tirer les conséquences qui s’imposeraient
- d’où un vote « sanction » de la classe politique vue comme « en place », ceci même au bénéfice du FN pourtant tout aussi trompeur et corrompu mais qui arrive à maintenir son image de « rebelle » par rapport à ses concurrents – y compris ses adversaires de la gauche radicale
- par là même, un « marketing » avec des objectifs actualisés, surtout sachant que le maximum de « part de marché » électorale liée au racisme a été atteint et ne fait plus recette ; il s’agit désormais de conquérir acrobatiquement d’autres « cibles » (femmes, jeunes, descendants immigrés, etc) tout en gardant l’ancienne clientèle avec un trompe-l’oeil réactionnaire (laïcité, antiterrorisme, écolo-fascisme, etc) qui ne fait pas trop fuir la nouvelle …
Cette liste courte d’approches explicatives n’est évidemment pas exhaustive.

Pour conclure, momentanément …

Pour l’instant ce vote semble surtout demeurer un défouloir de premier tour, qui vient de permettre à l’UMP de croire au grand retour de son « messie » pour 2017 ; mais l’analyse plus fine permet, là aussi, de comprendre que derrière cette « victoire » se cache un report, plus ou moins massif selon les cantons et les triangulaires, des voix du PS … et même du FN envers l’UMP (l’inverse étant plus rare) ! Ce qui signifie que certains électeurs du FN même ne souhaitent surtout pas l’amener réellement au pouvoir (pouvoir dont le bilan l’a, heureusement, systématiquement desservi de toute façon).
Mais ne soyons pas naïfs : au-delà des illusions persistantes sur l’abstention que nous venons de démystifier, le FN marque des points, gagne des électorats nouveaux, réalise des scores historiques dans plusieurs scrutins même s’il est très loin d’être le « premier parti de France » qu’il voudrait être.
Tandis que les partis majoritaires, en crise profonde et en baisse permanente, s’accrochent au pouvoir en empêchant toute opposition sérieuse d’émerger et en instrumentalisant le fascisme patent du FN pour récupérer des voix (« barrage », « front républicain ») … ou montrer l’absurdité du système politicien actuel (« ni ni »).
Bref, cette réflexion n’est qu’un petit pas dans la direction d’un renouveau politique, social et culturel qu’on ne peut que souhaiter et qui n’émerge pas (encore …).

Sources :
Fausses corrélations
Ministère de l’Intérieur
Wikipédia
Le Monde
France-Politique
Droits des étrangers
Bilan des mairies FN
Géographie du vote FN
Démographie frontiste
Féminisation du vote FN
Les jeunes et le FN
Report de voix FN/PS pour l’UMP
Réalité des scores FN
Dessin de Catoune

Les commentaires sont fermés.