News from Tunisia

D’une correspondante en Tunisie Aifa Hachim :


14 septembre :

Des journalistes ont été agressés aux alentours de l’ambassade américaine. Les agresseurs ont volé le matériel de protection incendie à l’intérieur de l’ambassade. Pendant ce temps, ils ont attaqué une église à Aouina. Les forces de l’ordre, avec du renfort militaire, se sont déplacés pour assurer la sécurité, avec l’aide de la garde nationale.

Arrivée ce jour d’un contingent de Marines pour sécuriser l’ambassade US.

9 septembre :

D’après les services de sauvetage italien, confirmation de la disparition de plus de78 migrants clandestins tunisiens au large de l’île de Lampedusa. Dans l’embarcation se trouvaient des femmes et enfants. 58 personnes ont pu être sauvées, mais 78 ont perdu la vie, sur un nombre total de 136 réfugiés .

de Alyssa Byrsa, autre correspondante :
Un autre drame de l’immigration clandestine a secoué récemment la Tunisie. 138 clandestins, dont des femmes et des enfants, ont embarqué sur une embarcation pourrie pour réaliser un rêve, atteindre l’Europe leur eldorado. Ils voulaient fuir le chômage et la misère, mais leur rêve se transforma en un horrible cauchemar. Plus de 50 corps furent repêchés. le ministre italien se déplaça sur l’ile de LUMPEDUSA pour superviser les secours, pendant ce temps les ministres tunisiens participent aux festivités d’un mariage collectif financé par le parti islamiste enahdha dont ils sont membres. Un silence total entoure le drame, mais le plus alarmant, c’est le commentaire relevé sur une page facebook proche du parti islamistes qui considère que « les clandestins ont mérité cette mort car ils aurait du aller plutôt en Syrie pour mourir en martyr »(sic). Pour conclure la Tunisie a donc vécu 20 mariages et 50 enterrements pour parodier le titre d’un film, sans pour autant avoir envie d’en rire.

6 septembre :

Tunisie : Des salafistes enlèvent un jeune homme à Mnihla pour avoir fait la cour à une femme voilée.

2 septembre :

Tunisie : le 11 juin 2012 – une centaine de salafistes ont attaqué une galerie d’art en banlieue nord de Tunis ( le palais el ebdelia à la marsa ) sous prétexte que les oeuvres exposées étaient immorales. L’exposition nommée le ‘printemps des arts » a été la cible principale des islamistes qui ont à plusieurs reprises tenté d’empêcher l’exposition des oeuvres. En face de la galerie, des moments de tension entre les extrémistes et des visiteurs sont apparus, Les visiteurs pensant que les tableaux avaient été mal interprétés. Les syndicaux ont réagi et ont porté plainte face aux appels aux meurtres de ces artistes. Ces événements auraient pu engendrer des émeutes anti religieuses. Les artistes concernés, Nadia Jelassi et Mohamed ben salama, sont accusés aujourd’hui pour « troubles à l’ordre public » après avoir exposé au Palais Abdellia, en dénonçant une atteinte inédite en Tunisie aux libertés : les juges d’instruction interrogent désormais les artistes sur « leurs intentions ». Ces personnes encourent 7 ans de prison.

26 août :

Sami Fehri a déclaré lors d’une interview accordée à « Express FM » qu’il a subi des pressions de la part du gouvernement et en particulier de Lotfi Zitoun, pour suspendre la diffusion de ses guignols « Lougik Essiyessi ». Comme l’information a circulé sur les réseaux sociaux, Lotfi Zitoun lui a demandé de démentir et de déclarer qu’il a suspendu les quatre derniers sketchs de sa propre initiative. Sami Fehri a déclaré qu’il s’est préparé à subir des pressions mais qu’il n’aurait jamais imaginé qu’il irait en prison à cause de quatre marionnettes. Il a ajouté que le spectacle de Arbi Mezni prévu avec le ministère de l’intérieur a été annulé, et l’humoriste a même été payé pour un spectacle censuré sur une injonction de Ali Laarayedh. Sami Fehri a affirmé qu’il comptait se rendre dignement en prison.

24 août :

Agression contre le secrétaire général du syndicat des employés municipaux de Tunis par les salafistes. Le secrétaire a été transporté d’urgence à l’Hôpital Charles Nicolle.

22 août :

Manifestation des journalistes de « dar al sabah » qui contestent la nomination du nouveau PDG

21 août :

Les militants du MASSAR ( pôle démocratique) de la section de Reguab (Sidi Bouzid), par solidarité avec les camarades militants arrêtés à Makthar, menacent d’entrer à partir jeudi 23 août en GRÈVE DE LA FAIM s’ils ne sont pas libérés aujourd’hui. Les deux camarades d’ Al Massar section MAKTHAR, Chokri Harakati et Sofiene Nagati, arrêtés le vendredi 17 août pour avoir participé à la manif pacifique, ont finalement été relâchés.

18 août :

A Hammamet la prière de aïd el fitr se déroulera sur la plage de Hammamet nord à partir de 6.00h du matin. Cet événement a été également organisé l’année dernière. D’après les membres du comité d’organisation, ils utiliseront un espace de 2000 mètres carrés sur la plage .

17 août :

Confrontations entre les chiites et les sunnites à Gabes (sud de la Tunisie). La cause principale des ces affrontements est que les chiites demandent d’imposer le chiisme dans la région. Mais les salafistes se sont groupés devant la mosquée sachant que les forces de l’ordre n’interviendront pas. Ces événements vont-ils amener le pays à une guerre religieuse à long terme ?

16 août :

kairouan : hier le spectacle de Lotfi Abdeli (acteur tunisien) a été annulé à manzel, bourguiba, bizerte, à cause du titre de la pièce de théâtre (made in tunisia 100% halal). Aujourd’hui nouvelle censure du chanteur engagé, Lotfi Bouchnak qui n’a pas pu présenter son concert à cause des salafistes qui contestent la montée d’un groupe iranien chiite. Les salafiste ont bloqué l’entrée du festival et ont fourni des bus pour les ramener à leur hôtel. Le silence de gouvernement face à ces extrémistes est assourdissant.

Les commentaires sont fermés.