En finir avec le sionisme pour reparler Palestine

Au cœur d’une actualité dramatique d’où l’on ne voit toujours pas comment une quelconque paix pourrait émerger, il semble nécessaire de revenir sur une notion dévoyée avec ses implications directes ou périphériques pour se recentrer sur le fond du problème. Il va falloir, pour cela, renoncer à certains mots et certaines expressions faussement évidentes, revisiter plusieurs pans historiques et politiques relativement douloureux, enfoncer quelques portes ouvertes mais aussi nuancer les positionnements et prendre à rebours quelques contrevérités largement admises.


Continuer la lecture

| Commentaires fermés

Elus : une vocation ? un sacerdoce ? ….

Lors des deux dernières élections municipales et européennes, les élus socialistes ont commis des commentaires très divers sur les conclusions à tirer du message des urnes et de l’abstention. Cela en dit long sur la vision qu’ils peuvent avoir de l’idéologie politique et sociale d’un parti qui comporte dans son intitulé le mot « socialiste » et dans son idéologie le vocable « socialisme ».
Au fil de leurs interventions dans les multiples médias,  dans lesquels ils partagent volontiers leur analyse, se sont étalés leurs états d’âme, leurs colères, leurs craintes, et même leurs révoltes.

Continuer la lecture

Commentaires fermés

La vérité si je mens : analyse électorale

Nous entendons lors des résutats d’élections présidentielles et européennes, les médias et les hommes politiques commenter de manière excessive ou catastrophée les résultats obtenus en victoire écrasante pour les uns, ou la montée « tsunamique », « déferlante » d’autres…

C’est avec des chiffres partiels qu’ils truquent les résultats, maquillent la réalité électorale, en utilisant des analyses inadéquates pour appuyer leur argumentaire orienté afin de valider leur analyse. Ils ont pour objectif de tirer des conclusions qui les arrangent et qui desservent leurs adversaires. L’utilisation tronquée ou partielle des chiffres permet surtout de s’approprier des victoires, de déclarer des défaites des opposants, ou de faire porter à d’autres le chapeau d’un résultat présenté comme une montée brutale d’un parti. Le FN, par exemple, pour ne pas le nommer.

C’est pourquoi, en utilisant les chiffres officiels des résultats de ces types d’élections et en mettant en perspective ce qui peut être comparé, on s’aperçoit que la réalité est toute autre et donc qu’elle ne leur convient pas dans leur stratégie de conquête de l’électorat.
Il leur suffit alors de sélectionner des valeurs en les mettant en rapport avec d’autres qui ne sont pas représentatives de la même unité de calcul…Bref, de distordre ce que disent les réalités des résultats.

Continuer la lecture

| Commentaires fermés

Dette : vraies solutions pour un faux problème

Voici l’argument-massue de la « logique » néo-libérale depuis 30 ans au moins, mille fois entendu : « on » dépense trop, il faut donc se serrer la ceinture et payer ce qui est « dû » à nos généreux prêteurs – pratiquement désintéressés mais l’oeil rivé sur les agences de notation. Assimilant ainsi le bien commun de millions de contribuables à une simple gestion ménagère, l’instrumentalisation de la dette autorise dès lors au désengagement de l’état dans tous les domaines publics (recherche, éducation, santé, etc), au dégraissement de la fonction publique (toujours moins de fonctionnaires d’où toujours moins de services), à l’ouverture induite vers le marché privé de domaines lucratifs (gestion de l’eau, défense, construction, etc) ; le tout participant à peine plus subtilement d’un transfert direct de richesse depuis les mains des plus démunis vers celles des plus nantis sous la forme ainsi réduite : privatisation du bénéfice, nationalisation de la dette !


Continuer la lecture

Commentaires fermés

Retour à l’âge du pin’s …

… voici la grande « avancée » en matière de com’ utilisée par Pierre (ça ne s’invente pas !) Gattaz, actuel patron du MEDEF et, faut-il le rappeller, fils d’Yvon du même nom qui nous avait déjà fait le coup de la promesse (c’était seulement 470 000 chômeurs de moins en juillet 84) contre exonération totale des charges (et partielle du droit du travail, notamment pour licencier …) sur les nouvelles embauches ! A l’époque le père avait fait illusion une semaine avant que le pipeautage du cabinet Pragma sur ces chiffres ne soit mis à jour. Cette fois, le rejeton nous reprend la comptine en version 2014 : 1 million d’emplois crées contre la bagatelle de 100 milliards de cadeaux fiscaux aux entreprises ! Combien de temps ces chiffres (rond, certes, mais pas plus cohérents pour autant) vont-ils tenir ?


Continuer la lecture

| Commentaires fermés