Bonnet bleu et bonnet rose…

Hollande  nous avait prévenu : finis les cumulards, finies les rémunérations  gargantuesques pour les entreprises dont l’Etat est actionnaire, place à  la transparence et à l’exemplarité.
Oui,  ministres, secrétaires d’Etat et autres hauts fonctionnaires devront  faire preuve d’exemplarité, avoir un parcours sans tâche, et participer à  l’effort collectif de serrage de ceinture en ces temps de crises. En  est pour preuve la baisse des salaires des ministres de 30%.
Oui,  fini les abus, finie l’injustice, la finance n’a qu’à bien se tenir,  les dirigeants d’entreprises n’ont pas intérêt à brutaliser leurs  employés, on va voir ce qu’on va voir !
Le message est-il passé ? l’application à la lettre est-elle respectée ?

Continuer la lecture

Commentaires fermés

Egypte – Imbroglio multi-partiste


L’Egypte, ou République arabe d’Égypte de son nom officiel, vient de sortir d’une longue période de dictature du régime de caste d’Hosni Moubarak. C’est maintenant un Régime présidentiel, dont le chef de l’Etat est le Maréchal Mohamed Hussein Tantaoui. En réalité, c’est toujours une dictature militaire, l’armée contrôlant toujours tous les rouages politiques et économiques du pays. Mais elle a permis une libéralisation du régime, avec notamment l’apparition du multipartisme. La révolte politique s’est transformée en révolte sociale après le départ de Moubarak, réclamant entre autres, la fin d’un Etat policier, plus de justice sociale, et la mise en place d’une démocratie. La révolte sociale réclame aussi une amélioration des conditions de travail, une augmentation des salaires, et plus de protections sociales. Enfin, elle dénonce le régime de corruption et de réseaux qui fut la norme sous le régime Moubarak.
Continuer la lecture

Commentaires fermés

Le piratage et Hadopi : le leurre et l’argent du leurre….

Pirates et Corsaires – Le concept :
Quand l’État, les majors, les « artistes », parlent de piratage, il est bon de savoir pourquoi ce mot est utilisé, à quoi il fait référence, dans quel but on l’emploie, donc, quel est le message subliminal qui tente d’être passé. Jetons un œil borgne sur le sujet…et le bon…
Aux abords d’âges anciens, le mot pirate vient d’une part du grec peiratê, dérivé du verbe peiraô qui exprime l’idée de « tenter sa chance », et d’autre part du latin pirata qui décrit celui qui tente la « fortune ».
Un commentaire

Zapotillo : le barrage de toutes les hontes

Dans la région de Los Altos de Jalisco, coule une rivière, le Rio Verde (la Rivière Verte). Cette rivière possède un bassin d’eau assez conséquent, qui a fait l’objet de la signature de divers accords d’utilisation dans les années 1990, mais jamais arrivés à terme. Dans cette province, entre Guadalajara et Leon, la Zone Métropolitaine de Guadalajara (ZMG) a alors instruit en 2005 un projet de barrage, qui a pris le nom d’un petit village, El Zapotillo. Cet ouvrage devrait être terminé courant 2012, le remplissage de la zone étant prévu pour début 2013. Ce projet est promu par la CONAGUA (Commission Nationale de l’Eau du Mexique), la CEA (Centro Ecológico Akumal, pour le développement du tourisme durable) et la CFE (Commission fédérale de l’électricité crée par le gouvernement). Ces organismes d’Etat ont confié les travaux à diverses entreprises privées. Des Mexicaines, comme PCC (Peninsular Compañía Constructora), et des Espagnoles, FCC Construcción et Grupo Hermes. En octobre 2011, Abengoa, une société Sevillane, a passé un contrat pour environ 566 millions de dollars US pour réaliser les travaux de l’aqueduc.Les emplois (environ 200) sont occupés par des ouvriers venant d’autres Etats mexicains. Le coût d’un tel projet a été évalué à 411 millions d’€. Ces investissements sont prix en charge à 34% par le privé, et à 66% par la FONADIN (Fondo Nacional de Infraestructura ou Fonds sur l’infrastructure nationale), la CONAGUA, l’état de Jalisco et l’état de Guanajuato. Continuer la lecture
Commentaires fermés

Privatisation de la formation des demandeurs d’emplois

Pendant cette campagne, sarkozy n’a pas manqué de porter aux nues sa politique financière orientée vers les demandeurs d’emplois, via la formation qui profitait d’un financement important. Il a pourtant suivi une politique qui a fait baisser les moyens affectés à la politique de l’emploi, dont le budget a subi la baisse la plus forte, alors que la courbe du chômage n’a cessé de grimper après 2008. Cependant, chaque année ce sont près de 30 Milliards d’€ qui sont dévolus à ce poste budgétaire, avec comme sources de financements, les entreprises, la fonction publique, l’Etat, les régions et les collectivités pour 80% du total.
4 commentaires